line laurendeau feature

Les Forces en jeu

La PM1 Line Laurendeau a deux amours dans sa vie – le hockey et les Forces canadiennes – et les deux ont joué un rôle important dans le développement de la personne qu’elle est devenue

Chris Jurewicz
|
11 novembre 2019
|

Line Laurendeau n’hésite pas lorsqu’on lui demande si elle préfère l’eau à l’état naturel ou à l’état gelé.

« L’eau », dit Laurendeau avec un petit rire. « Il existe un certain calme à la mer auquel rien ne se compare. Partir à l’étranger, c’est ce que la marine m’a donné. L’occasion de rencontrer de nouvelles personnes et de faire une différence dans leur vie. Si je fais une différence, j’ai l’impression d’avoir fait mon devoir. »

Laurendeau a passé sa vie sur l’eau, sur les hautes mers qu’elle décrit, et sur la glace, principalement, en tant que gardienne de but. La navigation est sa vraie passion, mais qui dit qu’une personne ne peut avoir deux choses dans sa vie dont elle ne saurait se passer?

La vétérante des Forces canadiennes, qui a servi pendant 26 ans, est aussi une mordue du hockey ayant joué dans la ligue militaire pendant un quart de siècle, participant notamment à 17 championnats nationaux militaires, remportant le titre de Meilleure gardienne de but à deux reprises et remportant un titre national, une fois, en 2004.

La femme de 48 ans a commencé à jouer à l’âge de huit ans. Elle était alors gardienne de but et elle continue de bloquer des rondelles encore aujourd’hui. Elle affirme que ses deux passions, le hockey et le service militaire, s’allient parfaitement.

« C’est une grande famille. Chez les militaires, vous ne faites rien seul », a expliqué Laurendeau lorsqu’on lui demande en quoi le hockey et l’armée sont semblables. « Si quelqu’un traverse une période difficile, vous êtes là, vous lui remontez le moral et vous l’aidez de nombreuses façons. Quelqu’un peut avoir de la difficulté et vous devenez un frère, une sœur ou un parent; vous êtes là les uns pour les autres. »

« Quand vous regardez une équipe de hockey, c’est exactement la même chose. Vous tirez de l’arrière 2-1 et vous avez besoin que le chef de file de l’équipe vous dise “Reprenons-nous après ce but et nous serons à nouveau dans le match.” Tous doivent avoir confiance les uns dans les autres. C’est la même chose chez les militaires, ils croient les uns aux autres. Si nous effectuons des tâches humanitaires, nous devons être synchronisés afin de faire une différence pour les personnes dans le besoin. »

Aider les gens est la raison pour laquelle Laurendeau fait ce qu’elle fait. Elle a effectué de nombreux voyages à l’étranger pour venir en aide aux personnes dans le besoin, notamment dans le golfe Persique, en mer de Chine méridionale et au Vietnam.

Ses plus beaux souvenirs sont d’aider les enfants, y compris le voyage de l’an dernier au Vietnam, où Laurendeau et son équipe ont pu obtenir des fonds pour aider les enfants souffrant de maladies liées à l’agent orange, un puissant herbicide utilisé par l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam pour éliminer la couverture forestière et les cultures.

Laurendeau affirme que les plus petits gestes de gentillesse peuvent changer la vie de quelqu’un comme ces enfants qu’elle a initiés aux bulles de savon et à la peinture, eux qui n’avaient jamais vu ça.

Laurendeau, premier maître de 1re classe (le plus haut grade chez le personnel sous-officier de la Marine royale canadienne), a été invitée en juin dernier au gala annuel de la Fondation Hockey Canada pour représenter les Forces armées canadiennes. C’est un souvenir qu’elle chérira pour toujours, car Laurendeau a pu côtoyer certaines des plus grandes joueuses de hockey de tous les temps – de Cassie Campbell-Pascall à Charline Labonté et Danielle Goyette.

Pour Laurendeau, qui semble vouloir diriger le feu des projecteurs vers tous les autres sauf elle pour avoir fait avancer le volet féminin du sport, dit que le temps qu’elle a passé à Edmonton a surtout été consacré à remercier les pionnières du hockey féminin.

« Je peux vous dire que j’ai 48 ans aujourd’hui, mais je me sentais comme si j’en avais 10. J’ai grandi en les regardant. En leur parlant et en voyant où elles en sont aujourd’hui, j’ai eu la chance de leur serrer la main et de les remercier pour ce qu’elles ont fait. Je me souviens d’avoir rencontré Cassie Campbell. Je lui ai dit “Vous avez jeté les bases pour les joueuses de hockey, non seulement professionnellement, mais aussi chez les militaires.” Avoir eu la chance de les remercier a rendu cette journée mémorable. C’était génial. »

Comme pour beaucoup de ceux et celles qui jouent depuis des années, les plus beaux souvenirs de Laurendeau rempliraient plusieurs pages. Cependant, il y a un souvenir de sa carrière de joueuse qui se démarque des autres.

Bien qu’elle ait pris part à 17 championnats nationaux militaires, c’est le tournoi de 2004 qui semble raviver le plus de souvenirs. Laurendeau était la gardienne de but de la BFC Esquimalt et elle a aidé l’équipe dans sa conquête du titre national, un titre aussi inattendu que la célèbre victoire américaine de 1980 surnommée le Miracle sur la glace.

«��Je m’en souviendrai pour le reste de ma vie. Cette année-là, notre équipe a finalement pu remporter l’or », dit-elle. « Nous n’étions pas la meilleure équipe. Je sais que beaucoup de gens disaient que nous ne gagnerions pas. Je me souviens avoir dit “Si vous le voyez, vous y parviendrez. J’y crois et je crois en vous.” C’était comme le film Miracle. Tout tombait en place. Lorsque nous avons soulevé cette coupe, la quantité d’émotion que nous avions… nous en parlons encore aujourd’hui et c’est comme si c’était hier. »

Laurendeau continue d’être active au sein des forces militaires et au hockey. Depuis près de 10 ans, elle agit comme officielle dans le sport pour tenter de redonner à cette passion qui lui a tant donné. En 2016, elle a eu l’honneur d’agir comme officielle lors de la Coupe du monde de hockey de la CARHA, les Olympiques du hockey récréatif, et elle portera à nouveau le chandail rayé lors du tournoi de 2020 à Richmond, en Colombie-Britannique.

Laurendeau mentionne souvent qu’elle n’est qu’une joueuse dans la grande famille du hockey militaire et elle s’assure que ses superviseurs et celles qui sont venues avant elle, sont crédités du chemin qu’ils ont tracé et qu’elle et d’autres continuent de forger. Sa vie a été passée sur l’eau – sous sa forme naturelle ET glacée – et elle n’y changerait rien.

« Pour moi, le hockey reflète ce que sont un coucher et un lever de soleil en pleine mer », dit-elle. « Nous tournons la page et nous continuons à nous battre, une autre journée nous attend demain et nous continuons à nous améliorer. »

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
dsaillant@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
ssharkey@hockeycanada.ca

 

Videos
Photos
ENJ 2020-2021 : BLANCS 6 – ROUGES 3 (Intraéquipe)
Dach, Tomasino et Zary ont récolté neuf points dans un gain des Blancs.
ENJ 2020-2021 : BLANCS 4 – ROUGES 2 (Intraéquipe)
Cozens et Tomasino récoltent un but et une aide dans un gain des Blancs.
ENJ : Regard sur le camp de sélection (18 nov.)
Voyez l’action sur la glace au Westerner Park Centrium.
ENJ : Regard sur le camp de sélection (17 nov.)
Voyez l’action sur la glace au Westerner Park Centrium.
Horaire