hcsa back to school large

Le Séminaire de l’Académie passe au virtuel

Le 17e Séminaire annuel des Académies des habiletés Hockey Canada ne ressemblait en rien aux 16 éditions précédentes, mais le message était le même – le lien entre le sport et l’école est primordial

Jason La Rose
|
7 juillet 2020
|

La semaine dernière, pour la 17e fois, Hockey Canada a accueilli des délégués d’un peu partout au pays dans le cadre du Séminaire annuel des Académies des habiletés Hockey Canada (AHHC).

Cette année, par contre, comme c’est devenu la norme dans ce nouveau monde où la COVID-19 est bien présente, le contexte a été un peu différent.

Au lieu de remplir une salle de conférence en y réunissant des chefs de file du programme, le Séminaire s’est déroulé en mode virtuel pour la première fois, alors qu’un nombre record de 149 délégués (il y en a habituellement une centaine) ont assisté à 10 présentations – axées sur des apprentissages sur glace et en salle de classe – au cours d’une période de deux journées et demie.

Bien que les liens en personne qui se tissent habituellement dans de telles circonstances brillaient par leur absence, le message véhiculé n’a pas changé d’un iota.

« Je me posais des questions – je me demandais si ça allait être un peu désincarné, un peu trop aride – mais j’ai trouvé que, dans le cas de tous nos conférenciers, leur passion a crevé l’écran », a déclaré Janelle Forcand, coordonnatrice du hockey féminin à la Winnipeg Jets Hockey Academy et formatrice à l’AHHC de St. James-Assiniboia. Tu vois qu’ils le font vraiment pour les bonnes raisons. Ça nous aide, en tant que formateurs et enseignants, à réaliser que nous faisons une différence dans le monde du hockey. Ce n’est pas seulement parce que nous développons de meilleurs joueurs de hockey; nous formons des personnes qui sont plus équilibrées. Nous préparons ces jeunes pour qu’ils puissent s’intégrer à la société et devenir des citoyens remarquables. »

Le passage au virtuel a permis aux organisateurs d’offrir le colloque à un plus grand nombre de personnes. Ainsi, l’accueil d’un plus grand nombre de délégués que d’habitude a permis de livrer l’information directement à ceux et celles qui en avaient le plus besoin.

Au lieu d’y avoir un seul représentant par programme de l’AHHC, comme c’était le cas les années précédentes, où ces personnes acheminaient ensuite l’information aux autres membres de leurs équipes respectives, il y a eu une communication directe sans précédent.

« Nos programmes ne consistent pas en une seule personne qui dirige des séances sur la glace », a noté Teal Gove, responsable du développement du hockey chez Hockey Canada, qui aide à diriger le programme des AHHC au niveau national. « Certains programmes comptent cinq, voire 10 formateurs ou entraîneurs différents, alors le fait qu’ils puissent obtenir ces renseignements de première main et avoir droit à deux jours et demi de formation professionnelle qu’ils peuvent ensuite adapter directement à leur réalité dans leurs écoles, nous trouvons que c’est formidable d’avoir pu offrir ça à tous les programmes. »

« Compte tenu de l’ampleur de ce succès en mode virtuel, même après un retour à un format en personne, on voit que ce sera peut-être une bonne idée d’offrir aussi une option virtuelle pour les gens qui ne pourront être sur place, ou qui n’ont peut-être pas les fonds nécessaires pour envoyer quelqu’un à Calgary », a ajouté Forcand. « Plus tu peux rejoindre de gens et les éduquer, plus ton programme va avoir du succès. »

« Si on regarde ce que ces circonstances négatives nous ont donné de positif, nous n’avons pas pu réunir tout le monde sous un même toit, mais nous avons constaté que nous pouvons connaître du succès en mode virtuel. Peut-être pourrons-nous nous adapter et faire les deux – nous pouvons le faire en personne tandis que les gens dans leurs villes d’origine pourront regarder le tout par mode virtuel, et nous pourrons ainsi toucher le plus grand nombre d’éducateurs possible. »

Le programme des AHHC est unique en son genre en ce sens qu’il vise les joueurs de tous les âges et de tous les niveaux d’habileté. Selon Gove, environ 20 % des 5 500 élèves qui se sont inscrits aux 154 programmes d’un océan à l’autre à l’autre durant l’année scolaire 2019-2020 ne pratiquent pas le hockey à l’extérieur des AHHC.

Ainsi, l’expérience qu’ils vivent dans ce cadre, sur la glace et ailleurs, prend encore plus d’importance.

« La première fois qu’ils se retrouvent sur la glace et vivent les sensations du hockey, c’est grâce au programme des Académies des habiletés, dit-elle, donc c’est vraiment important que nous fournissions à nos formateurs les outils qui leur permettront d’offrir un soutien à ces joueurs qui en sont à leurs débuts au hockey, en s’assurant que ceux-ci vivent une expérience de hockey qui est sécuritaire, plaisante et positive. »

C’était là le message lancé par le conférencier d’honneur Andrew Ference, jeudi soir.

Ference, ancien membre d’Équipe Canada et champion de la Coupe Stanley, travaille pour la LNH à titre de directeur de l’impact social, des initiatives de croissance et du développement des partisans, sous les ordres de la vice-présidente directrice Kim Davis.

« Il a parlé du rôle que certains de ses anciens enseignants ont joué dans sa vie, et il a souligné aux enseignants à quel point ils peuvent avoir une grande influence sur leurs élèves, et aussi que le hockey devrait être plaisant », a indiqué Gove. « Oui, le développement des habiletés est très important, mais il faut que ce soit plaisant. »

« Il a aussi parlé du fait que nous ne pouvons pas seulement dire que notre milieu est accueillant et que tout le monde est le bienvenu ici, et ensuite ne pas faire les efforts nécessaires pour aller chercher ces jeunes que nous voulons attirer dans l’univers du hockey. Nos écoles et nos enseignants jouent un rôle très important afin de s’assurer que tout le monde se sente le bienvenu. »

Au bout du compte, bien que les renseignements obtenus pendant les 11 heures et demie de conférences se soient avérés fort utiles aux enseignants et aux formateurs, Gove voulait que les délégués retiennent autre chose – quelque chose de bien plus simple.

« L’influence qu’ils ont sur la vie de leurs élèves. Nous avons entendu ce message-là à quelques reprises au cours des présentations – la patinoire doit être une destination de choix et, pour bien des élèves, venir participer au programme des Académies des habiletés de Hockey Canada représente le moment le plus emballant, le plus plaisant et le plus positif de leur journée scolaire. Nous voulons que les enseignants prennent conscience du rôle qu’ils jouent à ce titre, à quel point ils font une différence dans le parcours scolaire de leurs élèves et rendent le tout aussi positif grâce au hockey. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
ssharkey@hockeycanada.ca

 

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire