2021 hc nihm victoria bach feature

Motivée à faire la différence

Fière Autochtone, Victoria Bach s’est approprié ses racines et redonne au suivant, tout en gardant le cap sur une possible participation aux Jeux olympiques

Jason La Rose
|
29 juin 2021
|

Victoria Bach n’a pas beaucoup de temps libre ces jours-ci.

En plus de ses activités au sein de la Professional Women’s Hockey Players’ Association (PWHPA), Bach fait une maîtrise professionnelle en enseignement à l’Université Queen’s et, surtout, elle se prépare en vue de la quête d’une médaille d’or au Championnat mondial féminin 2021 de l’IIHF et d’une place au sein de la formation qui participera aux Jeux olympiques d'hiver de 2022.

Qui a dit que la vie était ennuyante pendant une pandémie mondiale?

Et pourtant, au cours des derniers mois, un autre projet a été au centre de la vie de Bach – collaborer avec des communautés autochtones de l’ensemble du pays.

Fière membre de la Première Nation des Mohawks de la baie de Quinte, près de Belleville, en Ontario, l’athlète de 24 ans est animée par la mémoire de sa regrettée grand-mère dans sa quête de redonner au suivant.

Bonne Journée nationale des peuples autochtones! Surtout à cette femme exceptionnelle. Tu me manques chaque jour grand-maman. Je suis fière d’être une Autochtone! )

« Ma grand-mère, Shirley a grandi à Tyendinaga », confie Bach. « Elle a toujours été un modèle important pour moi. J’ai écouté ses histoires et découvert ce qu’elle a accompli au cours de sa vie. Elle est une inspiration. »

Dans le but d’atteindre un plus grand public, Bach a interpellé l’organisation ProPacts, un groupe comprenant le membre du Temple de la renommée Brian Trottier, la double médaillée d’or olympique Shannon Szabados, et bien d’autres, qui travaille avec des athlètes pour créer des événements interactifs et stimulants.

« J’ai fait quelques présentations sur les aptitudes de vie », lance-t-elle. « J’ai aussi fait des démonstrations d’entraînement. L’initiative rassemble des modèles et sert en quelque sorte de programme de mentorat. »

C’est du donnant-donnant. Autant les gens de l’autre côté de l’écran tirent profit de la présence de Bach, autant cette dernière profite de leur participation qui l’aide à consolider sa compréhension de la culture autochtone au fil des conversations.

Bach n’a pas grandi dans une réserve, et ainsi, c’est à travers les histoires de sa grand-mère et de son grand-père qu’elle s’est approprié ses racines mohawks et qu’elle pave la voie de sa propre famille.

« Je n’ai pas eu la chance de goûter à cette culture », souligne-t-elle, notant au passage qu’elle suit des cours portant sur la culture autochtone à l’Université Queen’s. « C’est important d’apprendre l’histoire, les difficultés et les différentes langues de mon peuple et tout ce qui a trait au fait d’être d’origine autochtone. »

Si tout se déroule comme prévu, elle pourra profiter d’une plateforme d’envergure pour raconter son histoire au cours des huit prochains mois.

Bach est l’une des 28 joueuses qui ont été sélectionnées pour faire partie de la centralisation avec l’équipe nationale féminine du Canada en prévision des Jeux olympiques d’hiver de 2022. De ce groupe, 25 seront choisies pour représenter le Canada au Mondial féminin à Calgary, qui se mettra en branle le 20 août.

Elle a vécu ce parcours en montagnes russes qui a caractérisé l’organisation du Mondial féminin au cours des 16 derniers mois – le Mondial féminin 2020 a été annulé dès les premiers jours de la pandémie, puis, en avril, la province de la Nouvelle-Écosse a décidé de ne pas donner le feu vert pour la présentation du tournoi en 2021, à seulement deux semaines des premières parties. Cependant, il semble que tout soit en place pour la tenue de l’événement dans la ville du Stampede.

« Nous avons tellement hâte d’aller à Calgary, de jouer des matchs et de partir à la conquête du titre de ce championnat mondial », confie l’ancienne porte-couleurs de l’Université de Boston. « Depuis un an et demi, on attend pour avoir la chance de participer à cet événement. Finalement, ça s’en vient. »

Bach a été remarquable avec l’équipe nationale féminine de développement du Canada, obtenant 33 points en 35 parties de 2015 à 2018, avant de faire ses débuts avec l’équipe nationale féminine à la Coupe des 4 nations 2018.

Avec la formation senior, elle a touché la cible quatre fois en 15 rencontres, inscrivant notamment ce but mémorable face aux États-Unis lors de la Série de la rivalité en février 2020, juste avant que la COVID-19 ne mette la vie sur pause partout dans le monde.

( Blayre Turnbull cogne à la porte et laisse l’honneur de l’ouvrir à Victoria Bach. VICTORIA DONNE LA VICTOIRE AU CANADA À VICTORIA! )

Le prochain Mondial féminin ne représente que la première étape. Dès la remise des médailles d’or en Alberta, l’attention convergera immédiatement vers Beijing et l’aventure de six mois de la centralisation olympique.

« Nous sommes ici pour compétitionner en groupe et nous améliorer », lance Bach. « Après le Championnat mondial, un nouveau chapitre se mettra en branle. Nous nous poussons nous-mêmes et entre nous. Je suis vraiment ravie d’avoir la chance d’être en compétition au quotidien avec d’autres. Je pense que ce sera une superbe expérience. »

Avec autant de projets, on pourrait pardonner Bach de ne pas avoir un seul objectif en tête. Tout est une question de savoir qui elle est, d’où elle vient et ce qu’elle représente.

« J’espère être un modèle et une inspiration pour les jeunes filles et garçons autochtones. »

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
dsaillant@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
ssharkey@hockeycanada.ca

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
ENP 2021-2022 : BLANCS 3 – ROUGES 2 TB (intraéquipe)
Le but en tirs de barrage de Dolan mène les Blancs à un gain.
ENP 2021-2022 : ROUGES 4 - BLANCS 1 (Intraéquipe)
Deux buts et deux aides pour McGregor dans un gain des Rouges.
CMF 2021 : CAN 3 – USA 2 PROL. (médaille d’or)
Poulin donne un 11e titre mondial au Canada en prolongation.
CMF 2021 : CAN 4 – SUI 0 (demi-finale)
Daoust marque encore et à deux reprises, et le Canada jouera pour l’or.
Horaire