stapleton feature

Une des rares élues

Michelle Stapleton a commencé à jouer au hockey tard, mais elle a une longueur d’avance depuis longtemps

Wendy Graves
|
22 avril 2016
|

Michelle Stapleton est une de seulement cinq officielles au Canada à détenir une certification de niveau V. Voilà un exploit pour n’importe qui, mais c’est particulièrement impressionnant pour une jeune femme qui a pratiqué le patinage artistique pendant sa jeunesse et qui n’a commencé à jouer au hockey qu’il y a seulement quatre ans.

En grandissant à Moose Jaw en Saskatchewan, Stapleton a pratiqué le patinage artistique en bas âge. Les compétitions étaient rares, mais elle patinait régulièrement lors de festivals où elle exécutait des arabesques et des salchows simples. « Rien de trop compliqué, » dit-elle.

Même si elle aimait le patinage artistique, elle se demandait sans cesse si le sport de prédilection de son frère ne lui conviendrait pas mieux.

« Tout au long de ma jeunesse, j’ai toujours dû m’asseoir et regarder mon frère jouer au hockey », dit-elle. « Je n’étais pas une de ses enfants qu’on laissait courir partout dans l’aréna; je devais rester assise à côté de mes parents. » Mais cela ne la dérangeait pas trop : elle aimait toujours assister aux matchs, trouvant l’action sur la glace beaucoup plus intéressante que tout ce que les autres enfants pouvaient faire dans le hall. « C’est comme ça que j’ai vraiment développé mon amour du hockey. »

C’est aussi comme ça qu’elle a appris à connaître le jeu, pouvant voir tous les aspects du haut des gradins.

N’ayant jamais joué au hockey ailleurs que dans la rue, elle s’est présentée à une première séance d’essai. L’expérience ne fut pas agréable; elle a donc décidé de continuer à regarder.

« Puis mon frère a commencé à arbitrer et j’ai pensé que ce serait une bonne façon pour moi de participer et de gagner un peu d’argent de poche à l’adolescence, » dit-elle.

Deux ans s’étaient écoulés depuis qu’elle avait abandonné le patinage artistique. Heureusement, le patinage faisait partie du curriculum d’éducation physique à l’école et Stapleton avait eu le temps de s’habituer à des patins de hockey.

« Mon habileté en patinage est quelque chose que j’ai beaucoup travaillé au fil des ans », dit-elle. « On m’avait dit que c’était la seule chose qui pouvait freiner mon progrès, donc je voulais m’assurer de consacrer le temps et les efforts nécessaires pour m’améliorer pendant la saison morte. »

Un des aspects pour lesquels elle reçoit cependant des compliments, c’est sa gestion du match. Et cela a été bien en évidence la saison dernière pendant un match bantam AA où les émotions étaient à vif entre deux adversaires de conférences différentes.

« Alors que nous quittions l’aréna [après le match], six ou sept parents nous ont félicités sur notre match et notre gestion de la situation », dit Stapleton. « Ce fut plutôt cool. »

Au cours des dernières années, elle a enfin essayé le match comme joueuse. Elle a joué comme défenseure dans l’Adult Safe Hockey League pendant trois saisons où ses instincts d’officielle se sont rapidement manifestés.

« Comme arbitre, lorsque tu patines à reculons, tu dois t’assurer de ne pas nuire au jeu, alors tu effectues souvent des transitions en collant tes fesses contre la bande et il m’arrivait de faire ça parfois au lieu de faire mes transitions vers le milieu de la patinoire pour bloquer les corridors, » explique-t-elle.

Cette saison, Stapleton a décidé de se concentrer exclusivement sur l’arbitrage.

En août 2014, l’Association de hockey de la Saskatchewan l’a sélectionnée pour assister au premier séminaire de niveau V de Hockey Canada pour les officielles. L’invitation a été une surprise, une belle surprise.

« Je veux être la meilleure officielle possible, prendre toute l’expérience que je peux, et saisir toutes les occasions qui me sont offertes », dit Stapleton, qui travaille de jour comme coordonnatrice de chantier pour une entreprise de construction.

Il y a plus de 2 200 officielles inscrites auprès de Hockey Canada. Seule Stapleton et six autres ont atteint le plus haut niveau de certification.

Comme officielle de niveau V, Stapleton peut être affectée à des matchs nationaux et internationaux. Il y a quelques semaines, elle a été affectée au match préparatoire entre le Canada et la Suède avant le Championnat mondial féminin 2016 de l’IIHF à Kamloops en Colombie-Britannique.

Mais pendant la majeure partie de la saison, elle agit comme officielle à tous les niveaux du hockey mineur tant masculin que féminin.

La Coupe Esso sera sa deuxième présence à un championnat national en 2016 puisqu’elle a travaillé au Championnat national féminin du SIC à Calgary, Alberta, en mars.

C’est aussi son retour au Championnat national midget féminin du Canada puisqu’elle était juge de lignes lorsque Regina a accueilli l’événement en 2010.

« C’est très excitant, c’est certain, surtout d’être ici comme arbitre cette année », dit-elle. « Je suis excitée pour toute le groupe de filles parce que nous avons pu former une équipe complète d’officielles de la Saskatchewan et c’est vraiment cool de pouvoir travailler avec un si grand nombre au tournoi. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

emadziya@hockeycanada.ca

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

ssharkey@hockeycanada.ca

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

jknight@hockeycanada.ca

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
ENF 2022-2023 : USA 2 – CAN 1 (Match 2)
Campbell a bloqué 32 tirs, mais le Canada a perdu à Kamloops.
ENF 2022-2023 : USA 4 – CAN 3 TB (match 1)
Clark donne l’avance aux siennes en troisième, mais le Canada s’incline en tirs de barrage.
M17 2022 : Jour 10 – samedi 12 novembre
Les É.-U. ont remporté la médaille d’or, Canada Rouges a obtenu l’argent et la Finlande repart avec le bronze.
M17 2022 : Jour 9 – vendredi 11 novembre
Canada Blancs, Canada Noirs et Canada Rouges ont chacun remporté leur match vendredi.
Horaire